CARMEN (I)

Carmen Flamenco (Création Avignon Off 2017) 
Luis de la Carrasca - Cie Flamenco Vivo, Magalie Paliès - Cie Coïncidence Vocales & Cie Influenscènes
Paris, Décembre 2018

 

Oui – Non. De l’un à l’autre, du premier au dernier mot, la courbe est-elle droite du destin, qui s’achève dans la mort ? La libre mort de face, sans ciller. Que les cartes qui lisent – lient – le destin le délient. Oui, que délient les cartes le destin qu’elles li(s)ent. Libre, l’est-il, ou courbe, ou droite, le destin ? De l’un, l’une, où le centre ? Le chant ? Le récit ?

Carmen – carme couleur du chant, l’incantation, charme, l’enchanteresse qui vous lie, vous file le destin au corps, la cigarière – celle qui, comme Hélène, elle est néfaste aux nefs, enchante ensorcelle les hommes. Les hommes seuls. Liés à cette femme – Petenera, la Perdición de los hombres – au droit fil du destin. Carmen – le chant, trajectoire d’une flèche – empennée, Pindare.

Trajectoire d’une fleur de cassie – jaune boule de feu, soleil mimosa-mémoire, charme qui au cœur s’imprime, parfum – fleur lancée entre les deux yeux, balle, d’une seule impulsion pulsation pulsion du pouce, pollice, qui la fiche – en plein public – non au front, mais au cœur. Devovēre. Telle, elle voue l’homme. Carme, le charme opère – sa victime, le Basque. Don José Lizarrabengoa. Origine et point d’aboutissement du verbe. Du récit. La fin et le commencement – d’elle, Carmen, l’emprisonnant dans le tissu filé du chant, elle prison libre par lui seul suscitée : elle n’existant qu’en sa voix démesurément élargit l’espace cercle qui l’exclut, lui, au point des lèvres, dans le cadre du faux présent, de l’absence, un carré.

 

 

Rectangle du lit, d’horizontale blancheur, li-vide, suaire – carré vertical, flamboyant, jaune-orangé, toujours, de la lucarne. Avec ses barreaux la lucarne, ouverture sur la vie. Sur la rue. Sur Elle. Carmen, surpassant toutes les femmes, elle fruit du blasphème. La fenêtre aux rideaux de velours cramoisi aspirant dans la nuit le récit chez Barbey d’Aurevilly. Telle.

Trajectoire rectiligne de celle que nul n’arrête, ne détient, ne lie, qui arrête, détient et lie : liberté de la droite, fusée droit au ciel, évasion, verticale, du chant, courbe et destin du récit, tropos fatal filé pour l’enclore, le condamné, de la prison à la prison – l’espace clos de la mémoire envahi par la circularité du destin, peuplé par l’image de la morte, de l’absente absinthe omni-présente. Rectangle du passé, cercle – cirque ? à vif de la mémoire, pour le spectateur, scène.

Tel, libre, fuse, premier, dernier, le chant. Duo d’abord, elle libre ligne verticale, lui treille trille à elle entrelacé, l’arabo-andalou, l’arabesque, autour d’elle se brodant. Le cante – l’avant et l’après du logos. La toná, prime origine, son d’avant la lumière, lance au ciel, ténébreuse, perce-néant, sa langue, l’éterne rebelle. Elle que l’on ne nomme pas la trop présente pas même esquissée d’un pronom. Libre nació como el viento… Libre murió en el firmamento… Même surgie, après la mort, d’une autre voix, du même chant, repliant sur lui-même le récit, logos sur le logos, fandango natural, non plus de biais, oblique, mais de face –   Si cantamos a la muerte,

Es pa darle a la vida

El gustito de la suerte.

            Suerte – hasard. Clinamen de Lucrèce – déclinaison dérangée, enrayée des atomes, libre facteur d’inconnu, l’inconnu-e, anamorphose, l’oblique chute des atomes déviée, torve, déclivité – hasard, destin, tirer – au sort – les cartes. Casus. La danse des atomes. Cartographiée par la devineresse : La mort partout, dit la carto-mancière – mante, mensonge ou mantique, mantille-mentula de la morte. Obstinée, enragée à paraître – petenera ? Non pas. La morte figure voilée, mantille noire plus adhésive que le deuil plus aimantée, et la main tendue de la morte qui a prédit la mort, prédit le mort – moi d’abord, toi ensuite, et qui le vient chercher, de ce pas de deux faussement irrégulier, balancé à l’amble de l’inéluctable -lude -lusion illusoire lésion pantomime – ludere laedere – de la mort, la saeta. Flèche donc.